ETATS-UNIS | Antillaise à Orlando, Marie a quitté la Guadeloupe depuis plus de 30 ans déjà. Elle vous invite à découvrir son quotidien à l’Université où elle enseigne le français ainsi que le livre qu’elle a publié : Moun Lakou

Abonnez-vous à la chaîne You Tube Caribexpat pour suivre nos voyages ! Rejoignez la communauté des antillais dans le monde en vous inscrivant sur Caribexpat.com

[Tweet “Marie de Guadeloupe professeur à Orlando : notre circonstance d’aujourd’hui n’est pas notre futur !”]

Le portrait de Marie, antillaise à Orlando

Quel a été ton parcours ?

Je suis partie de la Guadeloupe à l’âge de 19 ans pour la France comme beaucoup d’autres antillais. C’était en 1979. J’ai fait des études d’anglais. Puis j’ai quitté la France et je me suis dirigée vers les Etats-Unis. Je suis allée à Tampa, parce qu’il y avait un échange entre mon Université de Jussieu et l’Université de la Floride du Sud. J’y ai passé 2 ans et après avoir terminé mes études, parce que j’ai fait une 2ème maîtrise, cette fois une maîtrise de Français,  j’ai trouvé du boulot à l’Université de la Floride centrale ou j’enseigne maintenant depuis près de 30 ans.

Peux-tu nous parler de ton quotidien à l’Université de la Floride centrale ?

Je crois qu’il y a plus de 60 000 étudiants à l’Université de la Floride centrale.  Elle est très très grande et très organisée en différents secteurs : la technologie, les arts etc… Les sports sont très importants  notamment  le football américain. Je dirais que c’est ce qui compte avant les études. J’enseigne le Français en tant que langue étrangère. Pour les plus avancés, j’enseigne la littérature antillaise et la littérature francophone. Aussi, la recherche est très importante pour nous. Nous sommes amenés à écrire des articles, à participer à des colloques etc…

Après 30 ans à l’étranger, y-a-t-il une tradition que tu perpétues en tant qu’antillaise à Orlando ?

Quand je suis aux États-Unis, j’aime recréer cette atmosphère familiale. A Noël, ma mère vient me voir et je reproduis le repas traditionnel : la viande de porc roussie, le riz et toutes ces choses…Quand je suis en Guadeloupe, à part mon mari et mes deux enfants qui sont restés là-bas, il n’y a pas grand chose qui me manque. C’est le seul endroit où je me sens chez moi !

Tu as publié un roman, Moun Lakou. Quels sujets y sont abordés ?

Moun Lakou, donc les gens du quartiers, est un roman que j’ai écrit véritablement pour ma mère. Elle m’a eue dans des circonstances un peu dramatique pour elle. Elle a dû m’élever toute seule. J’étais parmi les plus pauvres du quartier. Pour moi c’était difficile de savoir qui j’étais. Dans ce roman, je présente une petite fille qui s’appelle Camille. A travers ce roman, je veux montrer que notre circonstance d’aujourd’hui n’est pas forcément notre futur, mais cela nous forme pour le futur. C’est donc un livre pour l’espoir. D’ailleurs, on y rencontre Camille en tant que femme d’un certain âge qui réside dans un pays étranger et qui rencontre une jeune fille jamaïcaine dans un moment de crise. Si vous passez aux États-Unis, trouvez moi et restons en contact. Et bien sûr avec Caraibexpat, nous sommes toujours connectés !

Plus d’infos sur Marie et Moun Lakou : Moun Lakou sur Amazon.fr, site web, twitter.
Crédits photo (une) : Tito.

Rédaction : Doris Nol pour Caribexpat.com 

8 Commentaires
  1. eric 2 années Il y a

    bonjour maman marie votre histoire est pour nous et guide et une source d’inspiration pour nous qui somme en quette de bonheur que le tout puissant vous aide dans votre mission.

    • Marie Leticee 2 années Il y a

      Merci beaucoup Les amis! Je vous souhaite une bonne lecture. Vous pouvez me suivre sur Twitter @MarieLeticee ou venir me voir au salon du livre de Paris au mois de mars 😉

    • Marie Leticee 2 années Il y a

      Cher Eric, je te remercie personnellement pour ton gentil petit message. C’est très encourageant! N’oublie pas de partager le lien! Merci d’avance!

  2. Marie Julie Legagneur 2 années Il y a

    J’ai lu le livre de Marie Leticee, Moun lakou, et il m’a tellement plu que je l’ai utilise dans mon cours Creole Identity a L’Universite Centrale de la Floride (UCF) en tant qu’oeuvre d’un auteur antillais qui ecrit en francais, mais garde son identite creole, quoiqu’en pensent les auteurs de la Creolite. En effet, en tant qu’originaire d’Haiti, je me suis retrouvee dans les recits de Camille, partageant les memes questionnements, plus particulierement sur un systeme educatif approprie a nos besoins et a notre propre culture. Like they say, way to go, Marie Leticee, et beaucoup de succes dans votre carriere d’auteur !

    • Marie Leticee 2 années Il y a

      Salut Marie Julie! J’apprécie beaucoup ton commentaire. Merci pour les encouragements!

  3. Christine Eveker 2 années Il y a

    Je suis étudiante de Marie Léticée et elle est une grande inspiration. J’apprends le français après plus de seize ans depuis obtenir mon dernier diplôme. Elle est professeure fantastique, parce qu’elle nous donne le contexte le plus large des choses que nous apprenons. Avec son livre, son instruction et bien sûr sa vie, elle nous aide pour bien comprendre le monde francophone et les sujets qui sont le plus important. Merci beaucoup Marie Léticée !

    • Marie Leticee 2 années Il y a

      Salut Christine! Quel plaisir de te lire! Merci beaucoup pour le “shout out” lol!

Écrire un commentaire

Connectez-vous avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account