PAYS-BAS | Rencontre avec un guadeloupéen à Amsterdam ! Alors qu’il rêvait de partir au Canada ou en Australie, c’est finalement les Pays-Bas qu’Olivier a choisi comme pays d’adoption il y a tout juste un an ! Voici son parcours et ses conseils. Vous pouvez, aussi vous géolocaliser à Amsterdam où dans les 200 villes du monde où trouver un Caribexpat !

guadeloupeen a amsterdam olivier 1bis

© Cédric Narbonnais

Quel est ton parcours et quand t’es-tu installé à Amsterdam ?

J’ai grandi en Guadeloupe et je suis parti pour Paris à l’âge de 18 ans pour poursuivre mes études dans une école d’ingénieur en informatique. A la fin de mon cursus, j’ai été embauché et j’ai travaillé pendant 5 ans pour un opérateur télécoms français bien connu en qualité d’Ingénieur Réseaux. En février 2016, j’ai donné à ma carrière une nouvelle direction en allant travailler pour un équipementier américain spécialisé dans la fabrication de périphériques et d’équipements en réseaux à Amsterdam (commutateurs, routeurs, firewall, etc…).

Que fais-tu au quotidien dans cette entreprise ?

Je suis Ingénieur Support Technique au sein du service d’assistance aux clients ayant acheté une prestation premium. L’équipe dont je fais partie est donc dédiée à ces clients comme des banques et des acteurs de web du type Google. Lorsque nos clients rencontrent des problèmes sur leurs réseaux, ils placent un ticket et nous intervenons directement sur ces derniers en temps réel pour les dépanner. C’est stressant et synonyme de pression compte tenu des enjeux et des pénalités à la clé.

Quelle a été ta première impression à ton arrivée à Amsterdam ?

Ce fut assez particulier car ne parlant pas néerlandais j’ai eu l’impression de regarder un film en langue étrangère sans les sous-titres ! J’étais dans ma bulle sans pouvoir comprendre ou interagir avec les gens mais ça s’est arrangé ensuite car les Hollandais parlant très bien anglais, savent s’adapter lorsqu’ils constatent que vous êtes étranger. Débarquer à Amsterdam au mois de février par -2 degrés avec beaucoup de vent et d’humidité fut dur !

guadeloupeen a amsterdam olivier 2

Croisière sur les canaux d’Amsterdam. Crédit photo : iamsterdam.com

En tant que Guadeloupéen à Amsterdam, quelles différences culturelles t’ont principalement marqué ?

Habitant dans un quartier très touristique et travaillant pour une société américaine avec des collègues pour la plupart expatriés, je ne côtoie quasiment pas de Néerlandais au quotidien. J’ai néanmoins remarqué, en échangeant un peu avec eux, qu’il y a peu de place pour la spontanéité. Tout est planifié à l’avance ce qui d’après moi est un reflet fidèle de la manière efficace dont la société hollandaise est globalement organisée. Nous, antillais, sommes plus avenants, chaleureux et moins organisés (rires) !

Est-ce qu’il t’est arrivé de rencontrer un autre guadeloupéen à Amsterdam ou d’autres antillais ou guyanais ?

Grâce à Caraibexpat j’ai rencontré le petit groupe d’Antillais basés à Amsterdam mais en réalité ce sont les Antilles néerlandaises (Surinam, Aruba, Bonaire, Curaçao) qui sont très représentées ici. En discutant avec des Antillais néerlandais, la barrière de la langue mise à part, j’ai trouvé des points communs notables comme la façon de voir les choses, de manger, l’histoire, etc… Du fait de l’organisation d’événements musicaux importants (soca, reggae, dancehall,…) Rotterdam est connue pour sa communauté antillaise néerlandaise importante et dynamique.

Qu’est-ce qui te manque le plus de la Guadeloupe et qu’est-ce-que tu ramènerais d’ici chez toi ?

Le climat et la liberté d’aller et venir sans être habillé de plusieurs couches (rires) ! Habituellement je m’adapte assez rapidement à l’endroit où je réside mais à Amsterdam c’est plus difficile du fait de l’humidité liée à l’omniprésence des canaux, du vent et du froid. En hiver, les journées sont assez courtes ce qui peut être déprimant. Je ramènerais les houseboats. Ce sont des maisons sur l’eau tout à fait habitables et fonctionnelles. On les voit un peu partout à Amsterdam. Je me renseigne depuis quelques temps là-dessus car j’imaginerais bien ce concept en Guadeloupe adapté à nos risques naturels bien sûr.

Où est-ce que tu te verrais bien dans l’avenir : en Guadeloupe, aux Pays-Bas ou ailleurs ?

Venir à Amsterdam ne faisait pas partie de mon plan initial. Je prospectais plutôt au Canada ou en Australie, mais une opportunité s’est présentée et je l’ai saisie. Maintenant, j’envisage d’y rester 2 ans maximum avant de repartir vers une autre destination, toujours à l’étranger. Par la suite je souhaite rentrer aux Antilles mais avec un projet de création d’entreprise.

 Rédaction : Cédric Narbonnais pour Caribexpat.com 

0 Commentaires

Écrire un commentaire

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account