JAMAIQUE | Marie-Noëlle, martiniquaise en Jamaïque, réalise actuellement son stage au sein de la Délégation de l’Union européenne à Kingston. Après Sciences Po Bordeaux, là voilà plongée dans un tout autre environnement. C’est depuis Kingston qu’elle vous parle de son quotidien. Postez vos questions et commentaires en fin d’article pour poursuivre la discussion avec elle et géolocalisez-vous sur Caribexpat !

marie noelle martiniquaise en Jamaïque caraibexpat 2

Qu’est-ce-qui t’a incitée à poser ta valise en Jamaïque ?

J’ai quitté la Martinique en 2011 lorsque j’ai réussi le concours d’entrée dans la filière “France-Caraibes” de Sciences Po Bordeaux. Il s’agit d’un partenariat entre Sciences Po Bordeaux, l’Université des Antilles (U.A) et University of West Indies (U.W.I) en Jamaïque. Le programme s’étale sur 5 ans et j’étudie alternativement dans les universités partenaires : une année sur deux se passe à Sciences Po Bordeaux et l’autre à l’U.A ou l’U.W.I. J’ai d’abord étudié en Jamaïque pendant un an puis j’ai choisi d’y faire mon stage de fin de cursus.

Quel est le rôle de la Délégation de l’Union européenne en Jamaïque et en quoi consiste tes missions ?

L’Union européenne a des délégations partout dans le monde, un peu comme un pays et ses ambassades. Dans les pays en développement ou en crise, les délégations assurent aussi la mise en place des fonds d’aides européens en partenariat avec les gouvernements. Je débute tout juste mon stage de 6 mois. Mes missions consistent principalement à analyser et évaluer les politiques étrangères des pays dont la délégation est responsable, mais aussi du CARICOM. Il s’agit de comprendre le présent pour établir des scenariis et surtout les futures stratégies d’approche de la délégation.

En tant que martiniquaise en Jamaïque, peux-tu vraiment parler de différences profondes ?

Oui ! Tout d’abord, lorsque l’on vit dans la Caraïbe, on ne pense pas que le climat d’un pays voisin pourrait être plus chaud. Pourtant oui, c’est ce que j’ai ressenti ! La première chose que je me suis dite en arrivant ici c’est ; “J’ai chaud !”. Ensuite, les administrations jamaicaïnes sont pires que les nôtres en terme d’accueil et d’efficacité (rires) ! Par contre ici les gens travaillent le jour de la fête du travail et profitent pour repeindre ou faire des réparations dans les quartiers. Enfin, lorsque l’on achète à manger, il faut systématiquement attendre l’appel du numéro de son reçu même si la nourriture est déjà prête et visible dans la vitrine ! Cela prend toujours du temps, pour une raison obscure.

marie noelle martiniquaise en Jamaïque caraibexpat 3

Vue sur Kingston, capitale de la Jamaïque.

La Jamaïque évoquent beaucoup d’idées reçues pour certains. Qu’en est-il vraiment ?

Contrairement aux clichés que l’on peut avoir, tous les Jamaïcains ne fument pas. Toutes les Jamaïcaines ne se promènent pas non plus dans la rue à moitié nues, bien au contraire. L’insécurité, quand il y en a, se concentre dans des endroits spécifiques. Il faut juste éviter certains quartiers comme partout.

Lorsque l’on te dit “Wat a gwaan ?”, qu’est-que-tu réponds ?


Je réponds “Mi deh ya ! ” ou “Big tings ah gwaan !”. C’est vrai que l’on parle l’anglais et surtout le patois partout ici (rires). Pour moi, c’est une lutte quotidienne. Il faut écouter et comprendre les mécanismes qui me semblent assez différents de l’anglais. J’aime la façon dont les gens t’expliquent des directions : “suh” (pour “so” en anglais), up deh suh (“en haut/là-bas” en français), down deh suh (“en bas/là-bas” en français), ya suh (“ici” en français) !

Dans tes valises, qu’aimerais-tu rapporter de la Jamaïque en Martinique ?


Ici on trouve des vendeurs de fruits partout dans la rue et les gens achètent leur eau de coco avant d’aller au bureau. Je trouve çà plutôt sympa !

marie noelle martiniquaise en Jamaïque caraibexpat 4

Marie-Noëlle et l’artiste de dancehall jamaïcain Mr. Vegas.

As-tu croisé d’autres martiniquais en Jamaïque ?

Je n’ai pas encore vraiment rencontré la communauté antillo-guyanaise ici. Par contre, ce qui me manque vraiment de la Martinique c’est plutôt la plage à moins d’1h de route !  Les Jamaïcains sont très fiers de leur culture et des leurs. La diaspora jamaïcaine est présente un peu partout (Grande-Bretagne, USA, Canada, Caraïbe, etc…). Les réseaux entre les membres de la diaspora et les Jamaïcains restés sur l’île sont très forts. C’est quelque chose qui nous manque parfois.

Comment tes collègues et amis en Jamaïque perçoivent-ils la Martinique ?

Une bonne partie d’entre eux confond la Martinique avec St-Martin et une autre bonne partie s’exclame “Oh the French colony !”. Cela engendre généralement de très longues explications de ma part (rires) !

Où t’imagines-tu dans quelques années ?

Idéalement, j’aimerais rester dans la Caraïbe anglophone et obtenir un poste de chargée de projet/programme au sein d’une organisation de coopération régionale. Je pense revenir éventuellement en Martinique à plus long terme car je n’ai pas encore trouvé la structure avec laquelle j’aimerais travailler.

Plus d’infos :

Rédaction : Doris Nol pour Caribexpat.com 

1 Commentaire
  1. Steve Venus 2 années Il y a

    Salut marie-noelle, sympa ton projet, celà n’a pas été trop difficile pour toi? ton université prenait en charge ton logement?

Écrire un commentaire

Connectez-vous avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account