Etudiante en droit en France hexagonale, c’est un tout autre univers qui a attiré Emmanuelle : la mode ethnique. En 2005, elle accepte d’être l’égérie d’une boutique à Paris. Elle enchaîne en organisant les Ateliers Maré tèt T-URban Style. Puis, portée par l’expansion de cette tendance au fil des années, la voilà de retour en Martinique où elle a créé le 1er concept Store Multi Ethnik Tematik. Focus sur son parcours d’entrepreneure.

Un peu d’histoire pour les néophytes, d’où vient le Maré tét ?

Dans les années 1800 en Louisiane, les femmes noires coiffaient leurs cheveux d’une extrême beauté lors des événements en y ajoutant bijoux et plumes. Leurs coiffures perçues comme ostentatoires attiraient les hommes blancs. Les « lois de Tignon » (un Tignon est une coiffe) ont alors été créées, imposant aux femmes de couvrir leurs cheveux en public. Il s’agissait de réduire l’influence de la population noire libre et surtout la distinguer de la population blanche. Les femmes noires ont adopté le Tignon, mais avec beaucoup d’ingéniosité en utilisant de beaux tissus. Ce qui était censé réduire leur beauté a eu l’effet contraire. Le Tignon est en fait l’ancêtre du Maré tèt d’aujourd’hui !

Quel a été ton déclic pour transformer une passion en entreprise florissante ?

Le déclic à été l’opportunité de location d’un local commercial à Fort de France en 2012. Mon expérience en tant qu’égérie et styliste Maré tèt & Body wrap (technique du paréo extrapolée au vêtement) m’a permis d’avoir un bon carnet d’adresses et de me lancer aussitôt. Par ailleurs, la notoriété des ateliers a permis d’attirer rapidement une clientèle en demande d’authenticité et d’originalité. Mon autre atout, c’est  ma mère. Elle m’a toujours soutenue que ce soit sur le plan financier ou moral. Quand on débute en création d’entreprise surtout dans ce domaine, même avec un concept différent des boutiques classiques, aucunes aides institutionnelles ne vous ai accordées. Pour avoir la chance de vivre de sa passion, il faut savoir  prendre des risques, être positif et avant-gardiste.

une_atelier_maré_tét_emmanuelle_soundjata2

Comment t’organises-tu au quotidien pour développer et faire connaître les ateliers Maré tèt ?

Chaque jour, j’actualise mes différents réseaux sociaux ( Atelier Maté tét , Bel Chivé , Tematik , Instagram , tumblr …). Je passe les commandes pour les turbans et les produits naturels pour les soins du corps et des cheveux afro. Je dois trouver de nouveaux designers pour l’Appart boutik Tematik. Je travaille aussi avec une agence de marketing sur mon identité visuelle, la communication et les événements. J’entretiens différents partenariats avec des organismes tels que la Maison de Martinique. Enfin, j’organise des shootings régulièrement pour mettre en scène les créations des stylistes et les Maré tèt dans des magazines de mode nationaux et internationaux.

La mode ethnique comptent de nombreux acteurs comment arrives-tu à te démarquer ?

Il s’agit de proposer le Maré tèt aux femmes de manière élégante, sophistiquée afin qu’elles le porte au quotidien en apportant une touche d’originalité et de modernité à leur look. Il y a aussi une portée symbolique. A l’origine la beauté est culturelle. Pour ma part, tout être humain porte ce germe en lui. Il est normal que ça change car chaque culture à ses critères, d’où sa diversité. N’oublions pas que notre monde occidental sert ses propres critères de beauté qui ne nous correspondent pas forcément. C’est à nous de faire l’effort de créer notre identité artistique. La beauté s’adresse aux sens et aux émotions de chacun, c’est pour ces raisons qu’il ne peut y avoir une seule référence.

Comment se déroulent les ateliers ?

Nous pouvons accueillir jusqu’à 15 personnes. Il suffit de suivre la page facebook Atelier Maré Tét pour être informé des prochaines dates et nous contacter à ateliermaretet@hotmail.com. J’ai récemment déménagé le concept store L’Appart boutik, donc il est nécessaire que je sois là pour dynamiser le concept. Cependant j’ai beaucoup de propositions du Canada, des Etats-Unis ou de Trinidad et je pense partir dans l’un de ses pays pour organiser des ateliers.

En parallèle des propositions de prestations à l’étranger, Emmanuelle et son concept store se sont déjà faits connaître de quelques personnalités antillo-guyanaises. Parmi ses fans, la chanteuse Tina Ly.

Plus d’infos

Suivre les Ateliers Maré Tet sur facebook, tumblr
Rejoindre également la communauté Caraibexpat

Crédits photos : Claudio Capuccina, JC Kanor et Tifish

Rédaction : Doris Nol pour Caribexpat.com 

0 Commentaires

Écrire un commentaire

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account