TRINIDAD et TOBAGO | Loïza, guadeloupéenne à Trinidad, vit et travaille à Port of Spain, depuis 10 ans déjà ! Elle vous immerge dans son quotidien. Suivez le guide et rejoignez aussi la Communauté Caribexpat en vous géolocalisant en ligne !

[Tweet “Loïza, 10 ans à Trinidad : Beaucoup ne savent pas que dans certaines régions on parle créole !”]

loiza guadeloupeenne a trinidad 1

Loïza à son bureau. © Loïza

Qu’est-ce-qui t’a amenée à poser ta valise guadeloupéenne à Trinidad ?

Je suis venue à Trinidad il y a 10 ans pour faire l’équivalent d’une maîtrise en relations internationales. Auparavant, j’avais obtenu une licence d’anglais à Paris et une licence de droit en Guadeloupe. Aujourd’hui je suis Chargée de projets à CANARI, Caribbean Natural Resources Institute ou l’Institut des Ressources Naturelles de la Caraïbe.

Quelles sont les missions de l’Institut des Ressources Naturelles de la Caraïbe ?

CANARI est une petite ONG de plus de 20 ans. Elle oeuvre pour une gestion durable des ressources naturelles. Nous collaborons avec tous ceux qui dépendent, directement ou indirectement des ressources naturelles, qu’ils soient pêcheurs, ou responsables politiques. Avec nos partenaires, nous mettons en œuvre des projets en matière de lutte contre le changement climatique, d’économie verte, ou encore de conservation de la biodiversité.

En quoi consiste ton travail de chargé de projet ?

Je participe à la mise en œuvre des projets en faisant de la recherche et en facilitant des ateliers de formation. Je suis aussi en charge du programme “Communications”, autrement dit tout ce qui relève du site web, de notre présence sur les médias sociaux. Enfin, je me charge également des publications de CANARI dont certaines sont en anglais, en français et en espagnol !

loiza guadeloupeenne a trinidad 4

Pitch Lake, la plus vaste réserve naturelle d’asphalte au monde.  © Shriram Rajagopalan via Flickr

En tant que Guadeloupéenne à Trinidad, peux-tu vraiment parler de grandes différences culturelles ?

Je n’ai guère eu le temps de m’attarder sur la question à mon arrivée. J’entamais une formation exigeante dans une langue qui n’était pas la mienne ! Dans l’ensemble Trinidad n’est pas différente de la Guadeloupe, juste beaucoup plus grande ! De plus, nous caribéens francophones en savons plus sur nos voisins qu’il y a quelques années. Cependant je mets souvent les gens en garde, car un pays comme Trinidad et Tobago ne se résume pas à quelques chanteurs de soca et au carnaval. Par exemple, je suis certaine que beaucoup ne se doutent pas que dans certaines régions d’ici on parle le créole !

Étant proche de la Guadeloupe est-ce-qu’il y quand même des choses qui te manquent ?

Il arrive que des petites choses me manquent, par exemple quand les choix sont limités pour certains produits alimentaires comme le fromage (rires). Sinon j’essaie de ne pas comparer l’endroit où je vis avec celui d’où je viens et ça aide !

Mise à part la communauté guadeloupéenne à Trinidad de passage pour le carnaval, as-tu fait connaissance avec des caribéens francophones vivant ici toute l’année ?

Il n’existe pas de lieu de rencontre spécifique et les rencontres que j’ai pu faire ont été le fruit du hasard en réalité !

loiza guadeloupeenne a trinidad 2

Village de Paramin où l’on parle encore le créole, sur la côte nord de Trinidad.
© Loïza

Comment a réagit ton entourage quant à ton choix de vivre à Trinidad ?

Les réactions sont en général assez positives, mis à part ceux qui ont entendu parler de la criminalité. Si c’est une réalité qu’on ne peut nier, mon quotidien ne s’en trouve pas affecté. Je ne prends pas de risques, mais j’aurai eu la même attitude ailleurs par les temps qui courent.

Étant dans la Caraïbe, tu peux venir en vacances plus fréquemment que ceux qui vivent en Asie ou en Afrique par exemple. As-tu songé à un retour en Guadeloupe ?

Oui, je rentre ponctuellement. D’ailleurs, j’aimerais bien rapporter en Guadeloupe certaines spécialités trinidadiennes, comme celles que l’on trouve pendant la période de Noël qui approche. Il y a par exemple les pastelles, un pâté à base de farine de maïs fourré avec de la viande ou du poisson. Il y a aussi le black cake, un gâteau avec des fruits qui ont macéré dans le rhum. Quant au retour permanent en Guadeloupe, j’y songerai si jamais l’occasion se présente. L’avenir nous le dira !

Crédits photos : Loïza, Shriram Rajagopalan via Flickr, destinationtnt.com

Rédaction : Doris Nol pour Caribexpat.com 

3 Commentaires
  1. couffi marie-odile 1 année Il y a

    Bonjour,

    je suis une responsable marketing et développement commercial, en reconversion professionnel dans le marketing digital.
    j’ai un petit garçon de 4 ans.
    comment effectuer un stage de, 3 mois en entreprise? comment accéder à un logement décent et avoir une école correcte ( école adventiste ou Montessori).
    Merci de me répondre ou prendre contact avec moi
    mohibiscus972@hotmail.fr

    Je suis sérieuse dans ma démarche car il en va de mon projet professionnel.

  2. couffi marie-odile 1 année Il y a

    destination trinidad

Écrire un commentaire

Connectez-vous avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account