stephanie antillaise a Prague republique tcheque FB Caribexpat

Les membres Caribexpats passent en interview tous les jours à 12h30 en partenariat avec la radio RCI dans l’émission “Les Antillais dans le Monde”. Stéphanie, antillaise à Prague travaille dans le secteur du tourisme pour un bien de réservation en ligne bien connu : Expédia. Elle parle de son parcours !
Contactez-nous pour passer à l’émission : team [at] caribexpat.com (remplacer [at] par @)

stephanie antillaise a Prague republique tcheque caribexpat

Partie 1 – Interview de Stéphanie antillaise à Prague (République Tchèque)

Bonjour Stéphanie, vous habitez à Prague depuis quelques années. J’aimerais que vous me racontiez votre parcours, qui débute peut-être en Martinique et qui vous amène en République Tchèque…

J’ai passé mon baccalauréat en Martinique. J’ai fait 2 années en Guadeloupe. Ensuite je suis partie en France hexagonale pour faire une école de commerce.

Est-ce que vous aviez déjà une spécialité ?

J’ai eu mon baccalauréat en marketing en Martinique. Et ensuite avec les deux années de classe préparatoire à Baimbridge  en Guadeloupe, j’étais un peu plus diversifié. Mais j’ai toujours été intéressé par le Marketing.

Et vous aviez  un projet professionnel, en tête déjà à l’époque ?

Oui, j’étais passionnée par le Marketing et je voulais bosser dedans. C’est un peu mon projet professionnel qui m’a amené à faire cette école de commerce en France hexagonale.

Comment avez-vous choisi votre école de commerce, et où est-ce qu’elle était  située ?

J’étais à l’Ecole de Commerce de Chambéry qui maintenant est l’INSEEC Alpes-Savoie. J’ai fait une première année, au Mexique en tourisme. Et ensuite j’ai fait du marketing pour mon Master 1, et mon Master 2 en tourisme.

Pourquoi cette école à Chambéry ?

C’est un peu le hasard. Chambéry est assez  spécialisée dans tout ce qui est Marketing. J’étais très intéressée par la ville, je l’ai trouvée magnifique. Et voilà, j’ai voulu partir à Chambéry.

Pourquoi l’année au Mexique et puis d’où vous vient cet attrait pour l’ailleurs ?

Pourquoi le Mexique ? Parce qu’en fait mon Bachelor en tourisme c’était au Mexique. Cela m’a permis effectivement d’étudier à Cancun pendant près d’un an. Cette passion pour l’international m’est venue depuis l’enfance. Mais, je suis aussi une grande voyageuse dans l’âme.

Cela veut dire que vous avez déjà eu l’opportunité de voyager.

Oui. J’ai fait les îles de La Caraïbe. J’ai fait un stage à Trinidad et Tobago. Depuis l’enfance j’ai toujours été intéressée par l’ailleurs, par la connaissance des autres cultures etc…Du coup, j’ai voulu ouvrir davantage mon esprit sur l’international.

Pour çà, il y a une maîtrise des langues à avoir. Qu’en est-il ?

Pour tout vous dire, je n’étais pas aussi forte que ça en langues. Et  j’avoue que c’est pour ça que j’ai voulu voyager, pour voir comment ça se passait sur place. Donc l’Anglais, quand je suis partie à Trinidad et Tobago, l’Espagnol avec le Mexique, et Prague où je parle plus l’Anglais, et un peu le Tchèque.

Mais ce qui est intéressant Stéphanie, c’est que vous n’avez pas peur de ces pays alors que vous n’en parlez  pas forcément bien la langue au départ…

On ne va pas dire que je n’ai pas peur mais je me lance toujours et je vois ce qui se passe après. Surtout, je suis assez  débrouillarde dans la vie. Donc ça m’a permis d’évoluer un peu partout. Je trouve toujours une solution à tout, quand je peux, bien entendu. C’est vrai que ce n’est pas simple non plus par rapport aux  barrières de langues par exemple. Ne serait-ce qu’à Prague, ça n’a pas toujours été facile mais après on s’habitue.

Racontez-moi ce qui vous amène à Prague, à quel moment, le déplacement, l’installation… ?

Quand les gens me demandent comment j’ai fait pour atterrir dans cette ville je réponds souvent que je ne sais pas.

Partie 2 – Interview de Stéphanie antillaise à Prague (République Tchèque)

Après mon Master, je me suis demandée si je restais en France hexagonale, si je retournais en Martinique. Une opportunité s’est présentée à moi. Et j’ai eu ce déclic, pour partir. Cela m’a permis effectivement de connaître un pays, une autre culture.J’y vis depuis 3 ans et je pense que je connais de plus en plus Prague.

Mais c’est quoi ce déclic ?

C’était plus mon ouverture au monde, à l’international. Et surtout ce bagou que j’ai, cette envie de toujours vouloir connaître plus et pourquoi pas ne pas me lancer dans certaines aventures. Je pense que je suis très aventurière. Pour tout vous dire une petite anecdote, je suis arrivée à Prague en sac à dos. Je me disais “on va voir comment ça va se passer”. Je n’avais pas encore d’appartement. J’avais une piste pour un travail, et puis après j’ai évolué, tout simplement.

Vous êtes partie d’où à ce moment là ?

J’étais à Chambéry et je finissais mon stage de fin d’études. J’ai eu cette opportunité que j’avais trouvée tout simplement sur internet où ils embauchaient en fait dans une petite boîte pour partir à Prague. J’ai travaillé pour Transavia. Et voilà, c’est parti comme ça.

Est-ce que c’était encore l’été ou est-ce qu’on était déjà en hiver ?

C’était en Septembre-Octobre, donc il fait encore “bon”. Mais quand on arrive en sac à dos, on ne connaît personne. On fait des connaissances un petit peu partout. J’ai commencé dans l’entreprise où j’étais. J’ai fait des connaissances avec des gens donc ça m’a permis aussi de connaître un petit peu Prague, de pouvoir trouver un logement et voilà. J’ai fait un an dans la boîte où j’étais. Ensuite j’ai travaillé pour une autre boîte. Au début je me disais que je reste juste un an à Prague. Mais après une année, je me suis rendue compte que j’étais toujours là. L’évolution s’est produite comme ça. J’ai connu d’autres personnes qui m’ont fait connaître d’autres entreprises. Et de fil en aiguille, j’ai fait mon projet et j’ai évolué à Prague.

Qu’est-ce que vous faites exactement ?

Je travaille pour Expedia, dans le tourisme. Je suis l’interface entre Expedia et les hôteliers. Je travaille sur le marché Africain. L’Afrique, c’est aussi une passion. Je vais de la partie Finances à la partie Marketing. Pour promouvoir Expedia et permettre aux hôteliers d’être sur l’interface qu’est Expedia.

Qu’est-ce que vous aimez en tant qu’ antillaise à Prague en particulier ?

J’aime cette liberté, parce qu’en fait à Prague comme je dis souvent, si on vit paisiblement, si on n’embête personne, personne ne vient nous embêter. J’aime bien cette tranquillité et cette joie de vivre. Les rues vivent tout le temps à Prague surtout  le centre. On apprend tout les jours en fait. C’est ce que j’apprécie à Prague. Après dans l’entreprise où je suis actuellement, il y a des gens de tous les horizons et ça me permet de connaître d’autres cultures, de m’ouvrir l’esprit et de me permettre de connaître d’autres personnes.

Est-ce que les gens sont surpris de savoir que vous êtes de la Martinique, est-ce qu’ils connaissent aussi ?

Ils sont assez surpris. C’est assez drôle parce que quand je dis que je viens d’une île. Ils me disent : “mais qu’est-ce que tu fais ici, c’est l’hiver il fait froid. Chez toi c’est aussi bien, il y a les plages, il y a la chaleur etc…” Ils sont toujours surpris et c’est assez intéressant de rencontrer des gens comme ça et leur expliquer mon parcours et pourquoi je suis à Prague.

Partie 3 – Interview de Stéphanie antillaise à Prague (République Tchèque)

Vous avez pris des cours de Tchèque pour essayer de vous insérer un peu dans la vie ?

Pas vraiment mais vous êtes forcé à parler la langue sachant quand même qu’à Prague, on parle l’Anglais à peu près partout. Il est très important de connaître un peu la langue du pays pour s’adapter et faire des rencontres avec les Tchèques principalement. C’est une langue compliquée à comprendre et à parler même à écrire, mais après en entendant certains sons et les paroles de tous les jours on s’habitue.

On dit souvent que Prague est une très belle ville. Est-ce que vous confirmez ? Vous avez l’occasion de la visiter, et aussi la République Tchèque plus largement ?

Oui Prague est vraiment une très belle ville. Comme je dis souvent, et la République Tchèque en général que j’ai eu l’occasion de visiter. On rencontre d’autres  personnes et souvent à l’extérieur de Prague les gens ne parlent pas forcément l’Anglais. Là aussi j’ai pu parler le Tchèque. Mais Prague est vraiment une magnifique ville.

Quels sont vos projets aujourd’hui Stéphanie ? Qu’est-ce-qui vous lie encore à la Martinique ?

Mes projets seraient de rester à Expedia où je travaille et s’il le faut d’évoluer, avoir un autre poste et peut-être même partir en Afrique avec Expedia si j’en ai la possibilité. Ce qui m’attache à la Martinique ? Bien entendu ma famille, mais aussi parce que j’ai peut être un projet à long terme de rentrer chez moi et d’utiliser les expériences que j’ai eues à l’étranger dans un des domaines en Martinique. J’essaye de revenir en Martinique une fois par an pour passer des moments avec ma famille mais aussi pour profiter de la Martinique, bien entendu !

Vous vous êtes bien adaptée à l’hiver ?

Pour être honnête, je préfère l’hiver à Prague. C’est un hiver froid et sec, contrairement à Paris où le froid est plus humide. Je préfère le bon froid sec de Prague. Quand il fait froid, il fait froid. Il suffit de bien se couvrir.

Vous êtes allée un peu plus loin dans l’exploration, vers La Russie ?

Ce qui est bien c’est que Prague est au centre de l’Europe. Cela m’a permis de connaître certaines villes comme Berlin, Vienne, Budapest et en très peu de temps car j’ai fait tous mes trajets en bus. La Russie, non malheureusement mais peut-être un jour. C’est vraiment le carrefour de l’Europe, ça m’a permis de voir beaucoup d’autres villes, et c’était vraiment sympathique.

Un petit message à nos auditeurs qui nous écoutent et qui hésitent peut être à se lancer ?

Je trouve que c’est merveilleux de voyager partout dans le monde, connaître d’autres cultures, s’ouvrir aux autres et connaître d’autres personnes. N’ayez pas peur si vous avez la possibilité de voyager, n’hésitez pas ! Je passe le message aux jeunes qui ont souvent envie de se lancer vers d’autres pays. C’est vrai que c’est parfois un problème avec les moyens etc.. Mais si vous en avez la possibilité, foncez. Car il y a de très belles choses à voir.

Quels ont été vos moyens ? Vous étiez soutenue ? Vous aviez un peu d’argent ? Comment vous avez fait ?

J’étais soutenue par ma famille oui, déjà un soutien moral. Au niveau financier, c’est en faisant des petits jobs par ci par là et des stages. J’ai été rémunérée et ça m’a permis de mettre de l’argent de côté. Et j’ai évolué comme çà au fur et à mesure.

0 Commentaires

Écrire un commentaire

Connectez-vous avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account