Retrouvez les interviews de membres Caribexpats tous les jours à 12h30 en partenariat avec la radio RCI dans l’émission “Les Antillais dans le Monde”. Marvin, antillais à Stockholm vous raconte son aventure suédoise ! Après un séjour temporaire ici il est reparti dans l’hexagone et envisage de revenir en Suède pour s’y installer.
Contactez-nous pour passer à l’émission : team [at] caribexpat.com (remplacer [at] par @)

Partie 1 – Interview de Marvin antillais à Stockholm

Bonjour Marvin, on vous appelle à Paris où vous êtes mais vous allez bientôt rejoindre la Suède où vous avez déjà vécu. Parlez-nous un petit peu de votre parcours.

J’ai eu mon baccalauréat au lycée de Rivière Salée en Martinique. Ensuite, j’ai poursuivi mes études au lycée de Trinité en BTS commerce international. En 2011, je suis parti poursuivre mes études à Paris où j’ai eu un Master en 2014. J’ai découvert la Suède en Erasmus en 2011 et je suis resté cinq mois dans une ville du Sud, Jönköping, que j’ai beaucoup aimée. Je me suis dis que j’y retournerai un jour. Ce jour s’est présenté en 2014 et je suis parti à l’aventure pendant un an.

Vous n’avez pas eu de travail au départ, vous êtes parti comme ça parce que vous vouliez vraiment retourner en Suède ?

Je suis reparti dans le but de trouver du travail parce que j’avais mes diplômes et j’avais commencé à apprendre le Suédois en autodidacte. J’ai continué là-bas, je me suis inscrit à l’école et j’ai pu avoir un niveau B1-B2 mais ça ne suffisait pas donc j’ai eu des petits boulots entre temps: serveur, consultant, livreur à vélo etc…qui m’ont permis en même temps d’apprendre la langue et puis je me suis rendu compte qu’il fallait que je rentre en France pour prendre de l’expérience dans mon domaine d’études. C’est ce que j’ai fait et j’ai pris des cours de Suédois à l’Institut à Paris, qui me permet d’avoir un niveau C1-C2 donc je suis apte à travailler en suédois.

Est-ce facile de faire des petits boulots en Suède ?

Oui. On va directement sur le site de pôle emploi correspondant, ou sur place et on précise qu’on parle anglais. On est très bien orienté là-bas. On se rapproche de la communauté française qui est très présente. Il ne faut pas hésiter directement à faire du porte à porte, aller dans les restaurants pour demander s’ils embauchent, et aussi dans les magasins…il faut vraiment de la débrouille. Le système est très bien fait en Suède. Tout est dématérialisé, l’administration fait tout pour aider les gens par exemple dès que vous arrivez au service des impôts, le vigile commence déjà par vous orienter. Ensuite à l’accueil ce n’est pas grave si vous ne parlez pas le suédois, on vous parle dans votre langue, soit en anglais ; soit en français ; soit en arabe, ou ils essaient de trouver quelqu’un qui parlent votre langue, tout est fait pour aider le citoyen.

Ils n’ont pas du tout la même vision de l’étranger ?

Il y a énormément d’étrangers à Stockholm et bien sur les contrats les plus prisés sont les contrats en anglais donc c’est quand même mieux d’apprendre la langue locale qui n’est d’ailleurs pas difficile.

Par exemple comment on dit « bonsoir, comment allez-vous ? » en Suédois ?

Hej hu mar du”. Le « Hej » c’est comme en anglais on dit “Hi !” mais il n’y a pas de bonjour ou bonsoir, c’est plutôt formel, par exemple, si on croise quelqu’un on dit “bonjour” comme l’on dit “good morning” c’est “god morgon” et bonsoir “god daddag” et bonne nuit “god natt”. Je trouve que le Suédois se rapproche beaucoup du créole, ça n’a rien à avoir mais en créole on chante beaucoup quand on parle et pour bien parler suédois il faut chanter. Si un Français parle suédois on va le comprendre mais avec beaucoup de mal parce qu’il ne chante pas…il faut vraiment faire l’effort de chanter, que l’on sente qu’il y a un plaisir à parler…d’où le rapprochement avec le créole. On dit que c’est une langue qui est chantante, que les gens sont joyeux.

Partie 2 – Interview de Marvin antillais à Stockholm

Quand on a goûté à l’expatriation c’est difficile de rester sédentaire. On a prit goût à la vie dans un pays où on apprend à se débrouiller à nouveau. On devient comme un enfant et on est curieux de beaucoup de choses. A Paris, je me suis beaucoup sédentarisé, du coup j’ai besoin de repartir à l’aventure.

Qu’est-ce qui vous attire autant dans ce pays sachant qu’il fait froid et que les jours sont très courts pendant l’hiver.

Je trouve que c’est un luxe d’habiter à Stockholm car on est en plein centre-ville et il y a pas mal de parcs. Quand il fait froid on peut faire du ski de fond juste en prenant un bus. A à peine 20 minutes de la ville il y a pas mal de stations de ski. Il y a pas mal d’activités portées sur la nature et le sport qu’on peut faire. Cette chance-là, on ne l’a pas à Paris. Il faut avoir les moyens et le véhicule pour sortir, le système ferroviaire est assez complexe, la qualité de vie n’est pas du tout la même.

Est ce que les Suédois sont sympas ?

Ils sont particuliers…les stéréotypes parlent d’eux-mêmes, ce sont des personnes qui sont assez froides. Il y a une comparaison que l’on fait avec la noix de coco : c’est difficile d’ouvrir une noix de coco mais une fois qu’on est à l’intérieur on est bien. C’est un peu çà.

Les jours sont extrêmement courts en hiver et très longs en été. Est-ce compliquer de s’habituer à ce rythme particulier de vie ?

Oui c’est vrai. En été il ne fait pas vraiment nuit, le soleil ne se couche pas donc je ne dormais pas du tout au début. J’ai dû changer les rideaux. Par exemple au nord de la Suède en juin, à 4h00 du matin j’avais l’impression qu’il était 6h00 par exemple, il fait jour. Alors qu’en hiver c’est l’inverse, le soleil se lève à 9h00 et il commence à faire nuit à 14h30.

Ce n’est pas trop déprimant ça ?

Il faut garder le soleil dans son cœur et dans sa tête même si çà fait un peu “monde des bisounours” de dire çà. On pète un câble quand on manque de soleil ! Mon secret pour tenir l’hiver c’est qu’il faut faire beaucoup de sport. Il y a des salles de sport partout à Stockholm. Les Suédois sont très sportifs même s’il fait froid il faut courir, malgré la neige…c’est fou mais on le fait parce qu’on a pas le choix. Je circule à vélo. Cela me force à sortir de chez moi, affronter le froid, et me dire que ça fait partie de la vie et de l’environnement.

Est ce que vous avez rencontré d’autres antillais à Stockholm ?

Oui, pas francophones mais d’autres Caribéens. J’ai rencontré des Cubains, des Jamaïcains, des Trinidadiens. Et puis à travers la plateforme Caribexpat je me suis liée d’amitié avec une guadeloupéenne du temps où j’habitais à Stockholm. Elle habitait sur la même île que moi car Stockholm est un archipel. J’ai aussi des amis français qui utilise la plateforme Caribexpat parce qu’ils aiment bien voyager ou qu’ils ont voyagé dans les Antilles françaises. Cela leur permet de rencontrer d’autres caribéens francophones qui pourraient séjourner à Stockholm ou d’autres villes.

Caribexpat c’est ce qui nous permet aussi de pouvoir réaliser cette émission et de vous contacter, Marvin. On vous souhaite donc un très bon retour en Suède, ce pays que vous avez l’air de tant aimer !

0 Commentaires

Écrire un commentaire

Connectez-vous avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account