Les membres Caribexpats passent en interview tous les jours à 12h30 en partenariat avec la radio RCI dans l’émission “Les Antillais dans le Monde”. Laurence, antillaise à Madrid parle de son aventure espagnole. Elle travaille dans le domaine du digital, pour un site web spécialisé sur le mariage.
Contactez-nous pour passer à l’émission : team [at] caribexpat.com (remplacer [at] par @)

Partie 1 – Interview de Laurence antillaise à Madrid (Espagne)

Bonsoir Laurence on vous appelle à Madrid. Qu’est-ce-que vous faîtes là-bas ?

Je suis commerciale pour un site web qui est dédié au mariage. Je vends de la publicité en ligne.

Qu’est-ce qui vous a amené en Espagne pour faire ça ?

C’est le fruit d’une coïncidence. Je travaillais il y a 7 ans pour une agence de communication de mariage, et l’une de mes collaboratrice est partie en Espagne pour être embauchée en tant que commerciale dans cette société. Et il y a 3 ans, en fait, je lui ai demandé si elle ne connaissait pas des clients qui cherchaient des commerciaux à Paris. Elle m’a dit qu’ils cherchaient des commerciaux en Espagne et si çà me dit je suis la bienvenue pour passer un entretien. Tout s’est décanté en l’espace de trois mois.

Et vous ne pensiez pas à priori à l’Espagne ?

A aucun moment. Au début, j’étais même contre car je ne parle pas espagnol, j’ai mon appartement à Paris, je travaille à Paris, qu’est-ce que je vais faire là-bas, je ne connais personne etc…Et à force de conviction avec des entretiens téléphoniques, et des entretiens que j’ai pu faire aussi à Madrid j’ai franchi le pas. C’est génial, je n’ai pas forcément envie de rentrer mais ça se passe très bien.

Et ça se passe bien au boulot et en Espagne ?

Le boulot se passe très bien parce que j’ai toujours voulu être commerciale et que le secteur me plait beaucoup. Le digital c’est un univers qui bouge très rapidement. Il y a beaucoup de choses. Au niveau du pays, j’ai appris la langue assez facilement et la vie est très agréable en Espagne. Il fait chaud, il y a beaucoup de soleil, donc ça aide. Madrid c’est un petit Paris, en plus coloré, la vie est moins chère et on y mange bien ! On y mange bien et tard, on dîne à 10h00 le soir mais j’ai gardé  mes habitudes françaises, je dîne vers 8h30 le soir.

Ce qui fait que vous êtes en décalage avec les Espagnols ?

Pas trop, je me suis quand même habituée. J’ai fait de la colocation donc j’ai pu expérimenter le dîner tard mais j’ai quand même gardé mes habitudes.

Est-ce que vous avez été bien accueillie en Espagne ?

Vraiment super ! La barrière de la langue au début n’a pas aidé, après je me débrouillais en anglais. Mais en général, les Espagnols sont très ouverts. Ceux qui ont la trentaine parlent anglais donc au début je me débrouillais en anglais. Puis avec le temps ben j’ai appris l’Espagnol et vraiment tout se passe bien.

Est-ce que vous avez d’autres amis antillais à Madrid ?

Non, malheureusement. Mais en fait, je me suis rendu compte que dès que je disais que j’étais de La Martinique, tous savaient où çà se situait. Il y avait beaucoup de questions sur le dépaysement, comment était la vie là-bas, et beaucoup de curiosité. Même si ce n’est pas une destination phare pour les Espagnols, la plupart connaissait.

Maintenant que vous êtes expatriée en Espagne, vous imaginez poursuivre sur cette voie là, essayer de faire que votre profession vous amène dans d’autres pays étranger ?

Pourquoi pas. C’est tellement enrichissant de découvrir d’autres cultures, d’apprendre des nouvelles langues c’est challengeant tous les jours parce qu’ il faut se faire comprendre que ce soit par les collègues, ou à la boulangerie d’en bas. Oui, si l’occasion se présente de travailler dans d’autres pays, j’irai avec grand plaisir. Il faudrait que le projet et le salaire suivent aussi mais oui !

Justement, l’Espagne a connu une grave crise, est ce que ça va mieux ?

Oui. Je sais que mes confrères espagnols au travail gagnent moins que moi. Je n’ai pas senti ce problème de salaire et de gestion de budget qui pourrait être plus difficile par rapport à ce qu’on pense. Effectivement il y a eut une crise mais dans le secteur dans lequel je suis on ne la sent pas du tout.

Partie 2 – Interview de Laurence antillaise à Madrid (Espagne)

Et le climat à propos de l’indépendance de la Catalogne ?

De ce que je vis actuellement, non. Mon environnement professionnel est très international. Donc, il y a des débats, des idées qui sont émises, des personnes qui ont différentes opinions, mais pour ma vie quotidienne ça ne change pas grand-chose.

Cela change car on ne parle pas le même espagnol au nord du pays en Catalogne que lorsqu’on est à Madrid….

C’est vrai. Après, j’ai été quelques jours à Barcelone. Même si je parle l’Espagnol, ils me comprennent après c’est une question de région et de culture. Ils veulent garder l’indépendance et forcément la langue de la Catalogne qui est toujours apprise dans la région mais pas forcément à Madrid.

Vous êtes commerciale, donc vous êtes obligée de maîtriser la langue pour pouvoir mener vos affaires.

Je parle français au travail parce qu’en fait je travaille pour le marché français depuis l’Espagne. La société est espagnole, la maison mère est à Madrid mais je travaille pour le marché français. Après tous les jours je parle espagnol avec mes confrères mexicains, espagnols, chiliens, péruviens. Mais, dans mes tâches quotidiennes, je continue à parler français.

Le mariage, votre domaine d’activité, c’est quelque chose qui se porte bien ?

Oui. On est sur le digital tout le monde est connectés aujourd’hui. On développe des applications mobiles. On est très performant sur notre domaine, donc çà se passe très bien.

Est ce qu’en vacances vous en profitez pour voyager au Portugal ou dans les environs de l’Espagne ?

Oui j’ai plutôt visité le sud de l’Espagne pour le moment, un peu Barcelone, Valence, Cadix, la région Andalouse. C’est vrai que ce n’est vraiment pas cher pour voyager, c’est très beau, et il y a des paysages qui sont vraiment tous différents du nord au sud. Je suis sortie un peu de l’Europe, notamment au Mexique et c’est vrai que le fait de pouvoir parler l’espagnol m’a permis d’échanger facilement avec les habitants du Mexique.

La Martinique vous manque ?

J’y étais l’année dernière pour les vacances donc ça ne me manque pas trop. Je parle avec mes parents tous les jours.

La nourriture est plutôt sympa en Espagne, faites nous saliver un petit peu !

La nourriture en Espagne c’est beaucoup de viandes, des tapas, donc des petites portions de nourritures…il y a aussi ce qu’on appelle les pinchos avec du pain et de la garniture avec des légumes, des viandes. Et c’est beaucoup de jambons et de fromages.

Les tapas se sont bien exportées y compris en Martinique parce que c’est vraiment quelque chose de très conviviale aussi…

Exactement, c’est très convivial. Dès qu’on va dans un bar, on a un verre de vin ou ce qu’on appelle une caῆas, c’est un petit verre de bière. On a toujours une tapas pour accompagner la boisson et c’est souvent gratuit. Les Espagnols sont très souvent dehors. Ce n’est pas comme en France ou aux Antilles où on invite à la maison etc…les gens sont dehors, peu importe l’âge. De 10 ans jusqu’à 70 ans.

C’est ce qui surprend le plus au départ quand on vit en Espagne.

Exactement, ça fait un peu bizarre de voir des groupes de personnes âgées, qui sont hyper bien habillées dans les bars, en train de boire leurs caῆas, leurs petits verres de bières avec leurs tapas !

0 Commentaires

Écrire un commentaire

Connectez-vous avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account