ROYAUME-UNI | Ghislaine donne une touche antillaise à Londres et à tout le Royaume-Uni, tout du moins à l’émission The Great British Sewing Bee (équivalent de Cousu Main sur M6 en France). Elle a été sélectionnée pour faire partie des 10 meilleurs couturiers amateurs du pays. A l’issue de l’émission, certains finalistes deviennent même des professionnels reconnus dans le monde de la couture. Ghislaine a déjà eu sa victoire : présenter une jupe grand-mère et un chapeau bakoua à des millions de téléspectateurs anglais ! Entretien.

Tout d’abord, on compte de plus en plus d’Antillais à Londres. Comment es-tu arrivée ici ?

J’ai quitté la Martinique pour l’Angleterre en Janvier 2000, comme jeune fille au pair. Au bout de 6 mois j’étais sûre de vouloir rester. J’ai eu une carrière comme Assistante de Direction dans plusieurs entreprises et institutions en commençant par de l’intérim. Mis à part mon travail et ma passion pour la couture, je fais partie d’une chorale dont la spécificité est l’international. Nous comptons 23 nationalités et chantons dans toutes les langues et styles. Nous espérons chanter en créole un jour.

D’où te vient cette passion pour la couture ?

J’ai grandi dans une “famille artistique”. Ma mère confectionnait nos vêtements et sans vraiment l’aider j’ai toujours eu un intérêt pour cela ou plutôt pour la broderie. J’ai acheté ma première machine relativement tard il y a 3 ans pour terminer un projet de broderie. J’ai développé mes compétences de fils en aiguilles. C’est le cas de le dire ! La couture a envahi mon univers. Je réalise une grande partie de mes vêtements pour le travail comme pour les loisirs : une nouvelle tenue pour chaque invitation et soirée !

Ghislaine antillaise Londres dans The Great British Sewing Bee 2


Crédits photo : Sony Philomin

Comment as-tu fait pour être sélectionnée parmi plus de 3000 candidats ?

J’ai trouvé le dossier de candidature en fréquentant les sites et blogs de coutures. Je l’ai complété et envoyé par curiosité. Je me demandais si l’autodidacte que je suis avec 3 ans d’expérience en couture avait de quoi les intéresser. J’ai été contactée 2 semaines plus tard puis j’ai enchaîné une série de tests dans les conditions de l’émission pendant 2 mois environ. Je suis juste restée moi-même. La production a dû voir quelque chose en moi ! La dernière épreuve a eut lieu en décembre 2015. Le 13 janvier 2016, mon téléphone a sonné et la production m’a annoncée la bonne nouvelle !

Tu as dû exploser de joie à l’annonce de ta sélection ! Comment les choses se sont-elles enchaînées par la suite ?

J’étais au bureau très occupée avec un client donc je ne pouvais pas réagir comme je le voulais mais mon cœur battait à 100 à l’heure ! J’ai eu du mal à me concentrer après çà ! Il a fallu appeler les parents en Martinique, ma sœur à Paris, ma meilleure amie à Londres. Ils attendaient tous LA réponse eux aussi. C’est au champagne que j’ai célébré la nouvelle le soir à la maison ! Ensuite il fallait se constituer une garde-robe digne de ce nom, construire mon histoire avec la production pour me présenter aux téléspectateurs, apprendre les techniques que je ne connaissais pas. Je suis autodidacte et après seulement 3 ans de couture il me manquait des bases. J’ai fait appel à ma mère par téléphone en Martinique et a Suzette une amie française professionnelle dans ce domaine à Londres. Pour l’épreuve « sur mesure » nous avons eu les challenges à l’avance afin de faire nos recherches de design et tissus, soumettre nos plans et nous entraîner également. Il y avait donc beaucoup de travail !

Tu tenais à faire un clin d’oeil à la culture antillaise à Londres et à tout le Royaume-Uni. Comment as-tu réussi ?

Dès le 1er épisode j’ai pu faire un clin d’œil aux Antilles en confectionnant une jupe grand-mère  pour l’épreuve de la jupe sur mesure. Vu le temps qui nous était imparti j’ai dû la simplifier mais les éléments de base y étaient. Je m’y étais entrainée en suivant les conseils de ma tante Juliette en Guadeloupe par téléphone, c’est la grande spécialiste. Les juges étaient impressionnés du nombre de plis que cela demandait. J’étais satisfaite du résultat final, l’effet était magnifique sur mon mannequin. Mon oncle Jean-Louis qui travaille le bakoua en Martinique a été a l’honneur également. J’avais une de ses créations à mes côtés : un chapeau de type panama en bakoua. C’était ma touche locale, cette partie de mes origines. Je l’ai même porté lors de mon élimination !

Quel a été ton meilleur moment dans l’émission ?

Cette émission restera à jamais dans mes souvenirs. Je me suis fait des amis fantastiques et aussi passionnés que moi. J’ai gardé un très bon contact avec les 9 autres finalistes ainsi qu’avec la maison de production qui assure notre suivi après l’émission. Mon meilleur moment a été de ne pas être éliminée au 1er épisode et également d’avoir été N°1 lors du 2ème épisode grâce mon imagination. Arrivée dernière au 1er challenge je devais me battre pour ma place. J’ai transformé une robe de demoiselle d’honneur adulte en survêtement de boxeur pour enfant. Je suis une battante, donc mon petit boxeur s’est battu !

Et ton moment le plus stressant ?

La particularité de la situation modifie nos réactions face aux difficultés. Le fait de ne pas comprendre les termes techniques malgré un excellent niveau d’Anglais était stressant. Après tout chez moi je “couds en Français”. C’est en partie à cause de çà que j’ai été éliminée. Je n’ai absolument rien compris à la construction d’une grenouillère et ça a été la catastrophe. Même en sachant ce qu’est une grenouillère et comment cela fonctionne, sous pression tout est différent et le stress paralyse.

Crédits photo : The Great British Sewing Bee

Crédits photo : The Great British Sewing Bee

Que peut-on te souhaiter de meilleur pour la suite ? Penses-tu faire de la couture un vrai métier ?

J’aime davantage coudre pour moi que pour les autres mais c’est toujours avec plaisir que je couds pour mes amis et quelques clientes ! Je rêve de devenir conseillère en tissus et couleurs et développer une mode avec des touches masculines pour les femmes. Le concept tailleur pantalon sur mesure, cintré, en couleur, les vêtements urbains, élégants et féminins me plaisent. C’est mon style : haut en couleurs, élégant et prête a sortir du concept 100% féminin.
Je serai de retour pour la finale de l’émission le 4 Juillet sur BBC 2 à 21:00. La gagnante sera annoncée et les téléspectateurs me verront dans une de mes créations les plus colorées. L’émission sera disponible sur Youtube mais également BBC Iplayer.

Plus d’infos : www.ghislaine.gazon.co.uk, twitter : @GhislaineGazon
Rejoindre Caribexpat et rencontrer les Guyanais et Antillais à Londres

Rédaction : Doris Nol pour Caribexpat.com 

0 Commentaires

Écrire un commentaire

Connectez-vous avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account