Le 2ème RDV CARAIBEXPAT avait lieu cette semaine à Paris en partenariat avec LA MAISON DE MARTINIQUE et CARRE BLACK GOURMAND. L’ambassade du Panama était l’invité d’honneur de ce nouveau rendez-vous ainsi que deux intervenants qui ont parlé de leur parcours : Mairé Rosa, guadeloupéenne à Atlanta (aux Etats-Unis) et Julien Chipotel de retour du Brésil.

Oser le monde et valoriser les talents caribéens

Un projet dans le monde ou o péyi ? Les Antillais du monde vous guident ! Ceux qui s’y sont pris à la dernière minute suivront certainement nos actualités de plus près. L’événement affichait complet 4 jours avant la date de fin des inscriptions ! Vous étiez une quarantaine de jeunes professionnels, chefs d’entreprises et étudiants ayant répondu présent au 2ème apéro networking.

Au programme : départ pour un petit tour des Antillais du globe, focus sur des parcours et des destinations, puis atterrissage avec quelques apéritifs pour réseauter en toute convivialité. Une formule déjà gagnante lors du premier RDV Caraibexpat qui s’est déroulé au mois de juillet 2014 avec quelques belles surprises cette fois.

Du Panama au Brésil en passant par les Etats-Unis

L’Ambassade du Panama était l’invité d’honneur de ce 2ème événement et a particulièrement retenu l’attention du public. S’il n’est pas nécessairement dans le TOP 5 des destinations auxquels on pense lorsqu’on évoque l’Amérique latine, le Panama est pourtant le 2ème pays le plus compétitif de la région pour les affaires comme l’a expliqué Mariana Pereira, Chargée d’Affaires a.i. à l’Ambassade du Panama en France.

Ses taux de croissance et de chômage, respectivement 7% et 4% ont fait oublier la morosité ambiante en Europe le temps de quelques minutes. Le tourisme y est en plein essor (3 millions de personnes accueillies autant que sa population totale). Enfin, en plus de l’élargissement de son canal, le pays projette de se doter d’un des premiers aéroports du monde en terme de capacité d’accueil. Ainsi le Panama vise un aéroport de 57 portes d’embarquement avec un flux de 18 millions de passagers par an. De belles perspectives professionnelles ou encore d’investissements pour les entrepreneurs.

Beaucoup de multinationales se sont installées au Panama ces dernières années et nous sommes en manque de main d’œuvre de qualité […] Le Panama a aujourd’hui un taux de chômage de 4%, donc il faut aller frapper aux portes des entreprises car nous sommes en demande.

Mariana Pereira, Chargée d’Affaires a.i à l’Ambassade du Panama en France

La suite du voyage s’est faite en Amérique du nord avec Mairé Rosa, une guadeloupéenne à Atlanta qui a témoigné de son périple par skype. Cette jeune entrepreneure est à l’origine du site www.relayshopusa.com. Une plateforme de réexpédition de colis des Etats-Unis vers le monde entier qu’elle a eu l’idée de créer suite à une simple anecdote personnelle. Elle a informé le public sur les modalités de création et de gestion d’une entreprise sans apport de capitaux externes aux Etats-Unis, notamment le bootstrapping. Des formalités administratives assez simples et réalisables en ligne par tout un chacun (sans besoin d’être aux Etats-Unis d’ailleurs !).

Enfin, Julien Chipotel, un Guadeloupéen au Brésil qui travaille dans le marketing sportif était également présent. Il a non seulement réalisé son projet mais en bonus il a décroché son poste à l’occasion d’un événement mondial incontournable LA COUPE DU MONDE DE FOOTBALL 2014.

Autant de profils audacieux et d’informations concrètes pour des participants de tous les horizons.

Le réseau d’entraide des Caribéens d’ici et d’ailleurs

Il y aurait plus de 360 000 ultramarins en France Hexagonale selon les résultats d’une étude de la Délégation Interministérielle à l’Egalité des Chances des Français d’Outre mer réalisé en 2014 et potentiellement 400 000 dans le monde entier. Des centaines d’Antillais et Guyanais quittent leurs régions chaque année pour vivre ailleurs parfois dès leur plus jeune âge. La majeure partie de ces départs sont de longue durée voire définitifs impactant fortement les DOM sous plusieurs angles.

Depuis juillet 2013 caraibexpat.fr s’est lancé pour défi d’en faire un atout. Le site recense et met en relation ceux situés dans leurs régions d’origine côté « Caraïbe »  et ceux côté « Expatriés » car nous sommes tous concernés via nos projets ou ceux de nos proches.

En un peu plus d’un an, plus de 300 personnes originaires des Antilles et de la Guyane se sont identifiées sur le « monde version caribéenne » dans 30 pays différents des plus communs au plus improbables comme les Comores, l’Indonésie, le Mexique ou encore la Pologne.

Avec plus de 150 articles et portraits en ligne sur les thèmes de la coopération caribéenne et la mobilité internationale antillaise, Caribexpat poursuit son défi : la construction d’un réseau d’entraide mondial visant à faire avancer des projets individuels (études, emplois, import – export, développement d’entreprise, etc) et se faisant, toute une communauté, voire impacter positivement le développement des DOM.

Merci c’est encore grâce à vous !

Nous adressons d’ENORMES REMERCIEMENTS tant aux intervenants qu’aux participants et aux partenaires pour avoir fait de cette 2ème rencontre une vraie réussite : un événement abordant des sujets sérieux dans une ambiance plus que conviviale !

De 300 personnes recensées à plus 400 000 Antillais et Guyanais potentiels dans le monde il n’y a qu’une étape : C’EST VOUS ! Merci de continuer à partager et parler de cette initiative à votre entourage.

On vous donne d’ores et déjà rendez-vous début janvier pour le prochain événement ? En attendant restez connectés pour ne pas manquer la séance de rattrapage bientôt en ligne : les meilleurs moment de l’événement !

Crédits photos : Tito

Rédaction : Doris Nol pour Caribexpat.com 

2 Commentaires
  1. Julienne 4 années Il y a

    Bonjour, l’idée est elle vraiment de valoriser l’expatriation ? Et la valorisation des acquis accumulés à l’etranger adaptés et développer pour optimiser la croissance économique de nos iles … ? Si l’objet de Caraibexpat est subtilement de vider nos iles de leurs cerveaux. Je ne peux pas vraiment adhérer par contre s’il est juste question de mettre en relation les antillais quelque soit leur lieu de résidence (Guadeloupe, Martinique, Guyane,… compris) et bien dans ce cas je peux même être source de proposition pour un développement..
    Cordialement

    • Caraibexpat 4 années Il y a

      Bonjour Julienne. Merci pour ton commentaire. L’expatriation est un fait quand on vient de petits territoires. Caraibexpat est né en juillet 2013. Le phénomène d’expatriation existe depuis bien plus longtemps que cela. La seule différence c’est que nous tentons de le mesurer et le comprendre via cette initiative. En effet, aucune institution ne propose de statistiques précises ni d’études sur cette “fuite de cerveaux” hormis le fait de constater le phénomène. Nous ne sommes pas une institution, juste une petite association qui s’y intéresse. Mais nous pensons qu’il est incroyable que rien ne soit fait. On essaie donc par d’humbles moyens d’y remédier. L’objectif est de nous relier les uns aux autres côté Caraibe ou côté Expatriés peu importe (d’où le nom symbolique)…justement en prenant le contre pied du phénomène d’expatriation et en faisant en sorte que les expériences et compétences acquises par chacun aident un autre dans son projet, puis une communauté et pourquoi pas demain une entreprise au niveau local qui veut s’internationaliser voire toute l’économie d’une île. Ainsi, nous pensons que les “îles” ne sont pas si petites que çà si on considère leurs ressortissants dans un seul et même ensemble et que cette communauté peut servir de tremplin pour le développement économique à terme….seulement si on peut en identifier chaque individus et les connecter entre eux pour inciter à cette prise de conscience. Je t’invite à lire cet article sur l’origine du projet pour comprendre le pourquoi du comment >>> http://www.caraibexpat.fr/caraib-expat/#.VIMntoe5r2g. Je t’invite aussi à t’inscrire à la newsletter pour connaître la date de notre prochain événement et en discuter avec nous au delà du virtuel. On aime échanger avec les personnes engagées car peu s’intéressent vraiment à cette problématique :-).

Écrire un commentaire

Connectez-vous avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account