La start-up Maison des Antilles, 93% de croissance en 2015, lève 100 000 euros de fonds pour se développer

FRANCE HEXAGONALE | Quand on vit loin de chez soi, quoi de plus pratique qu’une boutique de produits antillais en ligne pour faire ses achats ? Yorrick a créé la Maison des Antilles en 2011 alors qu’il était toujours étudiant. Aujourd’hui il accélère le développement de sa start-up par les contributions du public. Son ambition : lever 100 000 euros de fonds privés avant le 20 juillet via une campagne en ligne. Entretien avec un entrepreneur digital.

Quel a été ton parcours après ton départ des Antilles ?

A l’âge de 8 ans j’ai quitté la Martinique pour vivre en Guadeloupe jusqu’à mes 17 ans, âge de mon départ pour les études en France hexagonale. J’ai préparé ce projet de boutique de produits antillais en ligne en 4ème année d’études en 2010. J’ai lancé l’activité en 2011 après avoir obtenu mon diplome. J’ai d’abord été salarié en CDD en parallèle de mon activité : responsable marketing et communication à Flexa (lits haut de gamme évolutif) puis coordinateur risque client à Brake (distribution de produits pour les cafés, hôtels et restaurant). Je suis à temps plein au sein de ma structure depuis septembre 2014.

Peux-tu nous en dire plus sur ton entreprise et la boutique de produits antillais en ligne ?

Kyrioo est distributeur multicanal de produits antillais en France et à l’international depuis 2011. La distribution digitale se fait via le site lamaisondesantilles.com. Nous participons aussi aux foires et salons, notamment la Foire de Paris. Nous proposons également des coffrets aux comités d’entreprises et nous développons une activité de gros depuis 2015 avec des produits dédiés aux professionnels de la restauration et du commerce.

maison_antilles_leve_100000_fonds_caraibexpat4


Crédits photos : La Maison des Antilles

Comment as-tu eu l’idée de créer une boutique de produits antillais en ligne ?

Je voulais créé une entreprise jeune et je voulais qu’elle soit en rapport avec les Antilles. Je me suis rendu compte du manque de site internet sur ce créneau et j’ai lancé le site. Le profil digital de mes associés m’a aussi orienté vers ce choix plutôt qu’une boutique physique. Le bon lancement du site à la période de noël m’a confirmé le potentiel du marché. Depuis, les commandes arrivent chaque jour et sont toujours plus nombreuses. Ce qui n’était qu’une idée est devenue une entreprise.

Quels sont les produits et services proposés et à quels besoins ton site web répond-il ?

Le site offre un accès à un large choix de produits antillais dans le monde et à tous. La diaspora, les touristes, les amateurs de cuisine y retrouvent les saveurs qu’ils ont tant aimés et peuvent les faire gouter au monde. Nous privilégions les produits dits “premium” 100% locaux inédits et innovants. Ces produits issus de PME et TPE antillaises sont mis en avant au sein de notre épicerie fine. Nous les vendons en exclusivité. Il y aussi une hotline, un tchat, des fiches produits complètes, un blog et plusieurs animations tarifaires durant l’année.

Ce projet revêt une dimension plus large qu’une simple boutique de produits antillais en ligne. Quelle est-elle ?

En permettant à nos producteurs d’exporter, nous contribuons à notre niveau au développement de l’économie locale. Nous avons tout mis en œuvre et cela sera encore plus vrai à la fin de la levée de fond : un site moderne, ergonomique et fonctionnel. A travers tout cela, nous souhaitons contribuer encore à notre niveau à l’amélioration de l’image des Antilles en France et à l’international : une image de marque au délà des clichés. On peut tous être ambassadeur de nos îles à travers la promotion de notre gastronomie qui est une partie majeure de notre culture.

maison_antilles_leve_100000_fonds_caraibexpat5

Crédits : La Maison des Antilles

Quel bilan fais-tu de l’évolution du site depuis sa mise en ligne ?

Je tire un bilan plutôt positif bien que fait de hauts et de bas car nous sommes toujours présent 5 ans après le lancement. Nous avons 93% de croissance chaque année depuis 2 ans, plus de 5000 commandes et 2 millions de pages vues sur le site. Nous avons des clients fidèles dont certains commandent jusqu’à 6 fois dans l’année. Enfin, nous avons des commandes du monde entier et nous réalisons 10% de notre CA à l’international.

A l’inverse, quels sont tes principaux challenges et difficultés ?

Comme toute jeune entreprise la première difficulté est l’aspect financier tant dans le financement que la gestion. Il y a également la complexité de trouver les bonnes personnes, compétentes, impliquées et trouver du temps pour travailler sur un projet quand on est pas à temps plein. Nous avons entamé une levée de fond en cours depuis 2 mois pour changer de dimension avec des tas de projets à développer. Nous gardons la même motivation et le même enthousiasme qu’à nos débuts mais avec plus de maturité et d’expérience !

La campagne de crowdfunding s’achève le 20 juillet. A quoi serviront les contributions du public et comment te projettes-tu dans 3 ans ?

Les 100 000 euros de levée de fonds privés s’inscrivent dans le cadre d’une levée plus importante qui mobilise également des fonds européens FEDER. Les fonds seront essentiellement alloués aux investissements humains et commerciaux, la communication, les sites, le stock et le développements des nouveaux projets. Dans 3 ans nous prévoyons une 2ème levée de fonds pour s’internationaliser, développer de nouveaux projets plus physiques et permettre aux investisseurs qui le désirent de sortir du capital. Nous cherchons le meilleur équilibre possible entre Kyrioo et ses investisseurs afin d’avoir la meilleure synergie et la meilleure performance possible durant les trois prochaines années. C’est la clé si l’on veut réussir dans notre seconde augmentation de capital dans 3 ans.

Plus d’infos : la levée de fonds de Kyrioo sur Spark up, la Maison des Antilles

Rédaction : Doris Nol pour Caribexpat.com 

0 Commentaires

Écrire un commentaire

Connectez-vous avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account