CANADA | “Fini les postes de directrice marketing dans différents groupes en France, à moi le Canada !”

Voici le parcours d’une martiniquaise à Montréal : Ania, 52 ans et une vie bien remplie entre son métier de consultante et son association dédiée à la communauté d’Outre-mer au Canada : FrancoKaraibes. Leur dernier événement organisé dans le cadre du Mois du Créole à Montréal : Visages d’outre mer, une exposition valorisant la communauté antillaise et des autres régions d’outre-mer au Canada. Enregistrez vous sur Caribexpat.com pour rejoindre la communauté des antillais dans le monde

Discutez avec elle en lui postant votre message en fin d’article et retrouvez aussi ses conseils sur la vie à Montréal !

portrait ania antillaise a montreal caraibexpat 2

© Gori Photography

Quand as-tu décidé de t’installer à Montréal ?

J’ai découvert Montréal en 2011 et je suis “tombée en amour” comme on dit ici ! Je m’y suis véritablement installée en novembre 2012. Je suis diplômée d’une Maîtrise en Relation Presse et Communication d’entreprise et j’ai essentiellement travaillé en France pour des filiales de groupes informatiques américains. Avant d’arriver ici j’étais Directrice Marketing d’un groupe suédois, toujours dans le secteur informatique.

Peux-tu nous parler de ton quotidien en tant que consultante en marketing/communication et relations publiques-relations presse ?

Au quotidien, je partage mon temps entre FrancoKaraïbes et mes activités de travailleuse autonome. J’ai créé FrancoKaraïbes en février 2013 dans le cadre du Mois de l’Histoire des Noirs. C’est une OBNL de 3 personnes (organisation à but non lucratif, l’équivalent de l’association loi 1901 en France). Je gère l’opérationnel avec une petite équipe composée d’étudiants en stage et de bénévoles. Je fais aussi appel à des professionnels rémunérés : graphistes, chef de projets ou chroniqueurs de façon ponctuel. Nous avons par exemple participé à la Fête de la ville de Québec en 2015. Ce fut un vrai tournant : nous avons mobilisé plus de 15 partenaires à Québec et en Guadeloupe en quelques mois ! Cela nous a donné une grosse visibilité grand public et nous avons obtenu un nouveau mandat cette année.

Qu’est-ce-qui t’a le plus marqué à Montréal ?

D’abord le foisonnement artistique et créatif incroyable ! Il y a une vraie place faite à la diversité culturelle et à son expression et un parti pris positif de “l’Autre”, du nouvel arrivant. Pour preuve : le Mois du Créole en octobre, le Mois de l’Histoire des Noirs en février ou encore la semaine québécoise des rencontres interculturelles en novembre. Enfin l’art de vivre à la québécoise ‘”Chill”, m’a aussi marqué : une grande ville cosmopolite, dynamique, le sentiment de liberté, les nombreux parcs où se détendre. Aussi, il faut savoir que le français québécois est différent de notre français, en plus de l’accent québécois. Par exemple ici “allo” signifie “bonjour” et “bonjour” signifie “au revoir” dans le sens “bonne journée”. On peut donc avoir du mal à comprendre au début. En revanche les Québécois, bilingues en majorité, nous comprennent parfaitement en dépit de notre accent « français ».

portrait ania antillaise a montreal caraibexpat 1

Remise du Prix Hommage aux femmes 2016. © Gori Photography

 

Une martiniquaise à Montréal doit certainement connaître plusieurs bons plans, n’est-ce-pas ?

Du côté des restaurants antillais à Montréal il y a le Bec des Îles (un traiteur) et le restaurant Aux îles à Sucre. Plus loin à Magog, vers Sherbrooke, il y a aussi Douceurs Antillaises. La communauté est aussi connectée via les groupes facebook : Antillais à Montréal, Antillais et Réunionnais au Canada, Réunionnais du Québec Nou lé là etc…et FrancoKaraïbes bien sûr ! En revanche, mes plats préférés, mes marques de fringues et de thés favorites me manquent. C’est difficile à trouver ici !

Tes amis de Montréal connaissent-ils un peu la Martinique ?

Ils ne connaissent pas bien la Martinique, cependant ils sont ouverts à en connaître un peu plus sur l’Outre-Mer en général. A l’inverse, si je devais rapporté quelque chose d’ici en Martinique ce  serait cette curiosité pour autrui qui fait vraiment partie de l’ADN des Québécois !

Quels sont tes projets d’avenir ?

Pour moi, la Martinique est plutôt synonyme de vacances. Ma vie est définitivement ici à Montréal, cette ville dans laquelle l’histoire d’amour se poursuit, et dans laquelle FrancoKaraïbes a pu naître, se développer et trouve toute sa pertinence !

Plus d’infos : 
•    Se géolocaliser et retrouver d’autres guyanais et antillais à Montréal,
•    Retrouver d’autres portraits au Canada : Giany, 
Stéphane, Lucile, Chantal
•    Retrouver d’autres portraits en Amérique du nord : Los Angeles, Atlanta, Miami, Chicago

Rédaction : Doris Nol pour Caribexpat.com 

5 Commentaires
  1. Henn Die 2 années Il y a

    Bonjour,
    J’ai beaucoup apprécié votre témoignage.
    Le Canada est une destination qui m’intéresse, j’aimerai y poursuivre ma carrière professionnelle.
    Comment puis-je vous contacter directement pour avoir vos précieux conseils?

    Je vous remercie d’avance.

    Cordialement

    Henn Die

Écrire un commentaire

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account